RUPTURE DE STOCK

Réservez sans payer votre Boku et recevez le dès qu'il est de nouveau en stock!

Profitez de 15 jours pour l'Essayer avant d’Acheter après réception avec

RUPTURE DE STOCK

Réservez sans payer votre Boku et recevez le dès qu'il est de nouveau en stock!

Profitez de 15 jours pour l'Essayer avant d’Acheter après réception avec

Votre vulve et votre flore vaginale sont vulnérables et méritent toute votre attention. BOKU vous explique les bons réflexes à adopter pour maintenir une bonne hygiène intime.

 

Le bidet, un progrès trop vite torché

Au 18ème siècle, fortement influencées par le Conservateur de la santé qui mentionna la nécessité de se nettoyer l’entre-fessons et à défaut de se laver le reste du corps, les femmes de l’aristocratie française commencent à utiliser un bidet pour l’hygiène intime. Cette chaise de propreté, en porcelaine ou en émail, est au départ un véritable objet de distinction sociale avant de progressivement se répandre chez madame tout le monde.

Enfin, ça, c’était jusqu’à ce que ses fabricants lui donnent des pouvoirs contraceptifs et préventifs (ndlr : des MST) et qu’ils apparaissent dans les maisons closes. Et oui, toutes les époques ont leur lot de fake news. Dès lors, les gardiens de la vertu, mais surtout la douche quotidienne, l’effacent progressivement des salles d’eau. Laissant ainsi nos fesses et notre flore vaginale orphelines de cette source d’eau pour les rafraîchir.

Vous en trouverez encore dans les salles de bain du sud de l’Europe (Italie, Espagne, Grèce et Portugal, etc.) où ils servent désormais de pédiluve. Mais plus personne n’en installe dans les nouvelles constructions. D’ailleurs si vous avez moins de 30 ans il est probable que vous n’en ayez jamais vu.

Le papier essuie les critiques

Depuis, le papier toilette est entré dans les mœurs. Popularisé par les frères Scott au début des années 1890, le « papier-cul » surfe sur le désamour du bidet et gagne progressivement du terrain jusqu’à devenir indispensable dans les foyers occidentaux. Tellement indispensable que les familles se sont littéralement ruées sur lui à l’annonce du confinement suite à l’épidémie du Coronavirus. Un bien grand malheur quand on sait que ces rouleaux de feuilles détachables, en plus de couter, aujourd’hui, la vie à 27 000 arbres par jour, sont inefficaces pour votre hygiène intime. Inefficaces et nocifs!

Inefficaces parce que celui qui affirme avoir un sentiment de fesses propres après s’être essuyé à l’aide de papier toilette est forcément lobbyiste ou inconscient!

Et nocifs parce que …. Là c’est tout de suite plus flou.

Flou parce que la littérature médicale ne s’est jusqu’à présent pas franchement intéressée à l’hygiène intime des femmes et notamment aux conséquences de l’usage du papier sur leur santé.

Flou aussi parce qu’aucune loi oblige un fabricant de PQ à mentionner la composition des rouleaux sur leur emballage. Tout le monde s’accorde à dire qu’il est fabriqué à partir de ouate de cellulose, elle-même produite à base bois de pâte à papier. Mais ça, c’est la partie visible de l’iceberg. Oui, parce que le papier toilette est aussi composé d’une multitude de produits chimiques aux effets très discutables à l’instar du Bisphénol A. Le Bisphénol A, en plus d’être un perturbateur endocrinien, est un polycarbonate cancérigène qui favoriserait l’infertilité. Ce composant chimique est employé pour supprimer l’encre et rendre le papier plus blanc, mais même après ce processus de blanchiment les traces d’encre demeurent. Et elles ont aussi un effet néfaste sur notre organisme. Surtout lorsqu’elles entrent en contact avec des parties de notre anatomie aussi délicates et essentielles à notre équilibre que nos airpods : la vulve et la flore vaginale.

Votre vulve a besoin d’amour et d'eau fraîche

La flore vaginale, c’est l’ensemble des bactéries qui ont élu domicile dans votre vagin. Et parmi tous ces locataires, il y en existe des plus ou moins bien intentionnés. L’important c’est que ces bactéries vivent en harmonie et que l’équilibre entre les bonnes et les moins bonnes (ndlr : les bactéries pathogènes) soit respecté. C’est la raison pour laquelle les douches vaginales sont totalement prohibées. Elles supprimeraient les « bonnes bactéries » –alias les lactobacilles– qui gardent tout, tout propre et tout net. Si les bactéries pathogènes empiètent sur les bonnes alors tout est détraqué et là c’est maladies infectieuses et dysfonctionnements gynécologiques assurés. Cela peut être le cas lorsqu’on s’essuie avec du papier toilette, parce qu’en plus de faire entrer en contact muqueuses et produits chimiques, vous prenez le risque de transférer les bactéries indésirables de votre anus vers votre urètre (petit conduit qui vous sert à uriner).

La vulve c’est en quelque sorte un sas de sécurité. Cette zone située entre l’anus et le pubis joue un rôle de bouclier pour protéger le vagin, sa flore vaginale et indirectement l’utérus des agressions physiques, chimiques ou bactériennes. Un bouclier qui n’en demeure pas moins fragile et délicat. La peau de la vulve a besoin du même traitement hygiénique que celui que vous donnez à votre visage. Vous est-il déjà venu à l’idée de nettoyer votre visage avec du papier ? Bien sûr que non. Et bien pour votre vulve aussi, l’eau est votre meilleure alliée.

Pendant vos menstruations, avant ou après un rapport, pour une question d’odeur, de confort ou d'hygiène, l'eau offre une expérience de nettoyage plus douce pour la peau et les muqueuses. Ce n’est pas BOKU qui le dit, ce sont les médecins et le kit wc japonais répond à ce besoin pour un confort intime du quotidien qu’il s’agisse de faire un brin de toilette ou à l’occasion d’une envie soudaine. D’ailleurs, en parlant d’envie soudaine, l’expérience a montré qu'en trouvant le bon angle, il est possible de prendre encore plus du bon temps que prévu sur le trône ! Et ça non plus ce n’est pas BOKU qui le dit…

Rupture de stock

Soyez prévenu de la réouverture des ventes!

×